Communiqué de Presse - Le Certificat d'Obtention Végétale (COV) du Sénat - 7 décembre 2011

Publié le par terre-mer-pcf.over-blog.com

 

Certificat d'Obtention Végétale (COV ): Une étape de plus vers la privatisation du vivant.

 

Le 28 novembre est une date funeste pour la biodiversité agricole et l'agriculture paysanne. Le parlement a validé le racket proposé par l'UMP concernant les Certificats d'Obtention Végétale; c'est à dire l'accaparement des graines sélectionnées pour être semées par des entreprises capitalistes. Leurs pratiques on le voit quotidiennement seront de mener des guerres féroces pour éliminer les agriculteurs qui refusent le pouvoir autoritaires de ces mafieux du monde agricoles. Les agriculteurs souhaitant ressemer à partir de leur propre récolte devront s'affranchir d'une taxe un semencier devenu propriétaire du COV. Une fois de plus, on saigne les agriculteurs au profit du lobby des semenciers. Cette privatisation du vivant est un non sens quant à la biodiversité, la diversification alimentaire, l'autonomie des paysans etc. Ensemble avec toutes les organisations progressistes agricoles nous lutterons contre ce système de « royalties » et le pouvoir totalitaire que l'UMP vient de concéder à quelques semenciers. L'accès et le maintien de la diversité végétale est incontournable pour la souveraineté alimentaire et doit passer avant les profits !


Nous ne nions pas l'intérêt de la recherche dans le domaine des semences. Mais cette loi revient à en laisser la seule responsabilité au privé donc bel et bien à privatiser le vivant. Un effort national de recherche doit être mené et le droit millénaire du paysan à ressemer à partir de sa récolte doit être protéger. D'un point de vu environnemental, l'encouragement de l'utilisation des semences de ferme pourrait être intéressant, car bien sélectionnées, les plantes peuvent mieux s'adapter à leur environnement et donc nécessiter moins d'intrants.


le PCF réaffirme son opposition à la brevetabilité du vivant et son engagement pour une recherche publique libérée des considérations purement mercantile. L'émancipation des paysans face aux actionnaires des industriels de la semence est une des conditions indiscutables de la souveraineté alimentaire des peuples.

Publié dans Communiqués de Presse

Commenter cet article