Communiqué de Presse - Sécheresse : « appeler à la bienveillance des institutions ne sert à rien »

Publié le par terre-mer-pcf.over-blog.com

 

Le gouvernement a annoncé la mobilisation du Fond de Garantie des Calamités Agricoles après l'avoir dépouillé depuis des années au profit des assureurs privés. Les mêmes propositions tournent en boucle ! Alors que 50 départements français et 12 pays européens connaissent des situations de sécheresse dramatiques, il est ubuesque que le gouvernement se contente d'obtenir le versement anticipé de décembre à octobre des paiements compensateurs. Pire, appeler à la seule bienveillance des institutions (banques et assurances) pour aider à l'indemnisation des agriculteurs est une pure provocation pour ceux qui n'ont plus de quoi nourrir leurs bêtes.


Engluée dans la rigueur du pacte de l'euro fort, l'Union européenne a annoncé la couleur : pas de leviers d'aides directes aux agriculteurs ! Pourtant, l'argent existe, comme en témoignent les 5 milliards d'euros économisés sur la politique agricole commune en 2009. Après la pénurie de foin, le pire reste à venir : pertes de récoltes, spéculations sur les fourrages, effondrement des cours dû à la vente précipitée d'animaux par les éleveurs... En France comme en Europe, de nouvelles politiques publiques agricoles doivent prévaloir pour l'agriculture et l'alimentation. Les calamités atmosphériques se succèdent aux catastrophes économiques que le seul marché ne peut réguler.


Avant la nouvelle rencontre du Comité de Suivi Sécheresse qui aura lieu le 15 juin, le PCF exige que l'État s'engage à prendre des mesures immédiates : - Empêcher toutes formes de spéculation sur le fourrage, - Réquisitionner du fourrage au bénéfice des éleveurs sinistrés, - Mettre en oeuvre le dispositif de mesures socio-économiques d'urgence, - Créer le régime d'Assurance Mutuelles Calamités.

 

 

Paris, le 1 juin 2011
Parti Communiste Français

Publié dans Communiqués de Presse

Commenter cet article