SITUATION CRISE LAITIÈRE

Publié le par terre-mer-pcf.over-blog.com

P1000664.JPG

 

 

LA PRODUCTION :

 

Plus de 690 millions de tonnes de lait sont produits à travers le monde. Représentant plus de 87 % de cette production, le lait de vache domine nettement celle des autres espèces : 82 millions de tonnes pour le lait de bufflonne, 12,4 millions de tonnes pour le lait de chèvre, 8,6 millions de tonnes pour le lait de brebis.

 

Dans le marché du lait, l'Union Européenne à 27 réalise 22 % de la production mondiale de lait de vache avec environ 135 millions de tonnes.

 

Au sein de la zone européenne, six pays se partagent 70 % de la production (France, Allemagne, Royaume-Unis, Pays-bas, Italie et Pologne).

 

La France, elle, assure 4,2 % de la production mondiale de lait de vache et 16,5 % de la production européenne. Les régions à forte vocation laitière se situent à l'ouest du pays avec en tête la Bretagne suivie des Pays de la Loire et de la Basse Normandie. A elles trois, ces régions produisent presque la moitié du droit français.

 

Depuis 1984 et la mise en place des quotas, la filière laitière s'est considérablement restructurée. De 7 195 000 vaches dans 384 900 exploitations en 1983, il ne restait plus, fin 2007, que 3 759 000 vaches pour un peu moins de 93 000 exploitations.

 

Pour 2008/2009, 86 663 exploitations laitières produisent en moyenne 279 819 litres de lait.

 

 

CONTEXTE

 

Producteurs – Effondrement des prix du lait de plus de 30 %, cumulé à l'endettement de la mise aux normes des bâtiments d'élevage.

 

 

Sur le prix :


→ Les coûts de production ne cessent de progresser au fil des clôtures comptables, pour se  situer, au 1er trimestre 2009, à 315 €/1000 litres.

  • Le prix payé aujourd'hui est approximativement de 0,24 € à 0,27/ litre

  • A moins de 0,30 € / litre, l'éleveur perd de l'argent

  • C'est 0,40 € / litre minimum, que le travail est rémunéré

 

 

Evaluation du coût de production

Au cours de la campagne

 

 

Coût de production

(en €/100 L)

2ème trimestre 2008

280,4

3ème trimestre 2008

292,2

4ème trimestre 2008

308,1

1er trimestre 2009

315,0

 

 

 

Europe

  • Démantèlement de la politique laitière dès l'Agenda 2000 – Berlin

 

  • Luxembourg 2003 (point mi parcours PAC); proposition de suppressions des quotas laitiers et des outils de régulation.

 

  • Bilan de santé de la PAC. Décembre 2008; «libéralisation» des quotas, donc augmentation des volumes acceptés par M. BARNIER, pour la disparition des quotas laitiers en 2015. Des volumes non maîtrisés, aux prix mondiaux en écho, aux propos de la Commissaire Européenne à l'Agriculture, M-F BOEL, « ... le marché régulera ».

 

  • Dès le 22 juillet dernier, la Commission Européenne de J-M BARROSO à confirmée qu'elle ne discutera pas d'une augmentation des prix d'orientation sur les marchés.

 

 

 

France

  • Coudées franches offertes aux distributeurs par les lois économiques, Galland, LRE,...lois de modernisation de l'économie entrée en vigueur en janvier 2009 (volet commercial négocié entre N. SARKOZY et E. LECLERC). Loi votée en juillet 2008, par les parlementaires UMP et Nouveau Centre.

 

  • Aucunes mesures de sauvegarde de la production laitière, lors de la Présidence de l'UE, au second trimestre 2008, par SARKOSY-BARNIER.

 

  • Les accords « interprofessionnels » préconisaient, dès le 1er décembre 2008, une baisse de – 45 euros pour janvier 2009, - 45 euros en février et – 55 euros pour mille litres de lait en mars.

 

  • En 6 ans (2000 – 2006), y compris avec N. SARKOSY, Ministre de l'économie, le fromage (Brie) à flambé de 137 %, une brique de lait de 183 %, pour le consommateur.

 

  • Le Ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, répond avec cynisme aux producteurs de lait en colère : contrat avec les laiteries et endettement dans l'espoir de « rester en course »

 

 

 

PROPOSITION DU PCF

 

Monde.

  • Sur le fond, sortir l'agriculture et l'alimentation de l'OMC.


  • S'extirper de la logique de prix mondial. Ex:pour le lait, prix Néo-Zélandais en référence mondiale (0,15 – 0,20 € / litre)

 

Europe

  • L'Europe doit se doter d'outils de gestion des volumes, et de répartitions par exploitations après 2015.

 

  • Instauration d'un prix minimum indicatif Européen.

 

  • Légiférer sur la répartition de la plus value entre producteurs, industries agroalimentaires et la grande distribution, permettant l'accès à l'alimentation aux consommateurs.

 

France

  • Encadrement des marges de la grande distribution par l'outil coefficient multiplicateur et fixé par décret.

 

  • Besoin de négociation interprofessionnelle du prix du lait, avec la distribution, les fournisseurs (transformation coopérative et privée), les producteurs (y compris en élargissant le champ de la représentativité syndicale, FNSEA, JA, Confédération Paysanne, Modef)

 

  • Gestion des quotas laitiers, favorisant l'attribution des références laitières aux jeunes agriculteurs, aux plus modestes...

 

  • Orientation de la filière laitière en faveur de produits de qualité, valorisant le savoir faire des territoires et créateurs de valeur ajoutée.

 

 

Publié dans Propositions

Commenter cet article