Tribune de Xavier Compain du PCF : « Une nouvelle feuille de route agricole pour l'Europe » - 6 juin 2011

Publié le par terre-mer-pcf.over-blog.com

SDC10069.JPG

 

Xavier Compain prône l'application de la
préférence communautaire et la suspension
des accords bilatéraux de libre échange.
(© Terre-net Média)

 

Terre-net Média a demandé, aux principales forces politiques représentatives, d’exposer les positions de leur parti sur les grands sujets ayant trait à l’agriculture. Voici la contribution de Xavier Compain, membre du Conseil National du PCF, en charge de l'agriculture, de la pêche et de la forêt.

 

 

Pour relever les nombreux défis auxquels elle est confrontée, l'agriculture doit sortir de l'Omc, des politiques libérales de l'Union européenne et des marchés spéculatifs.

 

 

Avec la nouvelle Politique agricole commune 2014 – 2020, en cours de définition, nous sommes à un tournant de l'histoire. Soit l'Europe abandonne notre alimentation aux grands groupes de l'agroalimentaire ; soit nous parvenons à exiger une politique publique forte, alternative au capitalisme.

 

 

Aujourd'hui, à travers l'ouverture des frontières et la dérégulation des marchés, c'est vers une agriculture duale que veut nous mener la Commission européenne, au terme d'un accord entre les libéraux les plus ardents  et les fondamentalistes environnementaux.

 

 

En France, les revenus agricoles se sont effondrés, entraînant la disparition des plus fragiles. Des filières entières sont menacées par la concurrence, le renouvellement des générations est compromis, plusieurs écosystèmes sont endommagés à jamais... 

 

Protéger les prix agricoles


A l'horizon 2050, l'Europe a besoin d'une nouvelle feuille de route agricole et alimentaire.

La Gauche doit être audacieuse sur le champ de la Politique agricole commune, courageuse face aux prétendues réalités du marché. En raison de l’ampleur de la crise, des mesures immédiates doivent être prises : 
- protéger les prix agricoles plutôt que contractualiser sur les marchés à terme, en mettant en place des prix garantis rémunérateurs ; 
- appliquer la préférence communautaire et suspendre les accords bilatéraux de libre échange, négociés par l'Union européenne (Mercosur).
- renforcer la souveraineté alimentaire par la constitution de stocks européens de sécurité. 

 

Vivre dignement de son travail


L'agriculture va être un élément déterminant du projet de société pour les générations futures. Parmi nos propositions, quatre engagements forts :

- produire suffisamment pour garantir une alimentation saine et accessible. Face au défi alimentaire, il faut que la production agricole soit soutenue par de nouvelles politiques publiques. L'indépendance alimentaire doit être garantie et la relocalisation des productions doit privilégier la satisfaction des besoins humains ;

- vivre dignement de son travail. Une juste rémunération des paysans est indispensable pour l'installation de jeunes. Cette exigence vaut également pour les salariés de l'agroalimentaire. Cela passe par des prix rémunérateurs garantis, la planification de la production et la régulation des marchés, une meilleure répartition des terres agricoles, le soutien public aux exploitations et aux filières les plus vulnérables. La redistribution de la valeur ajoutée au bénéfice des producteurs est essentielle ;

- initier un nouveau mode de développement écologique de l'agriculture. A la culpabilisation d'un secteur empêtré dans le productivisme, nous proposons d'en sortir par le haut. Il faut encourager l’autonomie des exploitations, tant sur le plan agronomique qu’économique, et les bonnes pratiques agronomiques, aptes à maintenir durablement les rendements, diversifier les productions, améliorer la complémentarité entre cultures et élevages. La recherche agronomique doit être dédiée à la conquête de ce nouveau développement ;

- promouvoir un aménagement équilibré des territoires. Les paysans sont les acteurs majeurs, économiques et sociaux, des espaces ruraux européens. Ces services d'aménagement des territoires doivent être reconnus et soutenus par une politique de maintien des services publics.

En France, au sein du Front de Gauche et en Europe, à travers le Parti de la Gauche européenne (G20 agricole), notre détermination à construire une nouvelle ambition agricole et alimentaire est à la hauteur de nos convictions : le capitalisme ne se moralise pas, il se combat.



Source : Terre-net Média

Auteur : Xavier Compain, Pcf

N.B : Rubrique réalisée par Frédéric Hénin

 

Publié dans Propositions

Commenter cet article