COMMUNIQUE DE PRESSE - BRUXELLES FAIT DÉBORDER LE LAIT - juillet 2009

Publié le par terre-mer-pcf.over-blog.com

 

Dans son rapport présenté ce jour, la commissaire Européenne à l'agriculture, Mariann FISHER BOEL, campe sur les conclusions libérales du bilan de santé de la PAC acté fin 2008. Sourde aux revendications, sociales et économiques des éleveurs laitiers, elle est arrogante à l'égard du Parlement Européen, qui appelle à des mesures de gestion de crise.

 

Bien qu'anticipant une dégradation continue, du marché mondial du lait, la commissaire Européenne n'entend pas remettre en cause la disparition des quotas laitiers au 1er avril 2015, et ne discutera pas d'une augmentation des prix d'orientation sur les marchés.

 

Le dessein de la Commission, conduite par J-M BARROSO et de démanteler toute organisation de la production laitière, et de livrer les producteurs aux prix mondiaux où seul le marché fait loi.

 

L'effet d'annonce d'hypothétiques aides, ne prennent pas à bras le corps, la chute du litre de lait, divisé de moitié depuis 2007.

Avec cynisme, le Ministre de l'Agriculture Français, B. LE MAIRE, donne rendez vous le 1er octobre aux producteurs, souhaitant une contractualisation avec les entreprises.

Aujourd'hui, les payes de lait à 245 €/1000 litres sont bien loin de 400 €/1000 litres, rémunérant décemment le travail.

 

L'objectif de nourrir la planète, oblige la naissance d'un nouvel ordre alimentaire. Comme toutes les régions du monde, l'Europe doit définir ses politiques publiques agricoles et alimentaires, répondant à l'exigence de souveraineté alimentaire.

 

Pour le PCF, l'agriculture, doit être extirpée de la logique de prix mondiaux, conduite par l'OMC.

 

L'Europe, doit se doter d'outils de gestion des volumes, et de répartitions par exploitation après 2015. L'instauration d'un prix minimum indicatif européen est urgent.

L'Europe, doit légiférer sur la répartition de la plus value entre producteurs, industries agroalimentaires, et grande distribution, permettant l'accès des produits laitiers aux consommateurs.

 

La France, doit encadrer les marges de la grande distribution, par l'outil coefficient multiplicateur, fixé par décret.

L'attribution des références laitières, doit favoriser les jeunes agriculteurs, les plus modestes.

L'avenir de la filière laitière, dépend d'orientation en faveur de produits de qualités, de valorisation du savoir faire des territoires, et de création de valeurs ajoutées.

 

Le PCF, invite dans les luttes, lors des initiatives d'été, de la Fête de l'Humanité, celles et ceux, paysans, consommateurs, qui ont en commun le devenir, alimentaire et agricole, à faire front.

 

 

Le 22 juillet 2009

 

Xavier COMPAIN
Responsable Agriculture, Pêche, Forêt



Publié dans Communiqués de Presse

Commenter cet article