Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la « Terre Mère » - Cochabamba (Bolivie)

Publié le par terre-mer-pcf.over-blog.com

 

Contribution de Xavier Compain

membre du Conseil national du PCF

en charge de l'Agriculture – Pêche - Forêt

 

Cher-e-s ami-e-s,

cher-e-s camarades,

 

Nous sommes très honorés de l'invitation à cette première rencontre mondiale des peuples par le président de la république plurinationale de Bolivie, Evo Morales.

A travers l'invitation faite à Marie George Buffet, secrétaire nationale du PCF, je vous apporte le salut du Parti Communiste Français.

 

Après le sommet de Copenhague de décembre 2009, au cours duquel les États ont été incapables de conclure un accord pour sauver la planète, l’existence d’une véritable dynamique citoyenne mondiale pour agir résolument contre le réchauffement climatique est une nécessité absolue. Elle l'est tout autant contre la faim et pour la paix.

 

Pour notre part, rien ne se fera sans les peuples. La mobilisation de tant d'acteurs, d'associations, de citoyens, de scientifiques est essentielle. Cela confère à cette première Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la « Terre Mère », d'immenses espoirs mais aussi de responsabilités; parce que le capitalisme n'est pas écolo-compatible.

 

Nous saluons cette nouvelle dimension des mobilisations qui allie mouvements sociaux, organisations politiques et gouvernements. A travers les objectifs de cette conférence, il s'agit pour les peuples, d'obtenir une traduction politique de leur lutte.

 

A cet instant, les réfugiés climatiques et les exilés de la déforestation n'ont comme horizon que d'aller grossir les mégapoles de la pauvreté. Quand le tout marché a prévalu sur le vivant et le devenir des générations futures alors il n'est plus suffisant de repeindre le capitalisme en vert qui sévit dans le monde et singulièrement en Amérique latine. Les communistes français souhaitent que les ressources naturelles soient considérées comme biens communs de l'humanité et non comme marchandise.


L'urgence est au développement de toutes les énergies non productrices de gaz à effet de serre. Ensemble, peuples du monde entier, nous avons à inventer un nouveau mode de développement humain durable, citoyen et solidaire qui assure le progrès social et l'accès effectif aux droits. Celui à l'énergie doit être garanti à tous. A court et moyen terme, le nucléaire est incontournable. Cela doit s'accompagner de moyens pour l'émergence de centrale de quatrième génération, plus sûre, plus économe et moins productrice de déchets. La recherche fondamentale et appliquée doit prendre un nouvel essor en faveur d'énergie renouvelable et complémentaire qu'il s'agisse d'électricité, des carburants...

 

La question nous est posée solidairement du développement de service public de l'énergie aujourd'hui aux mains des multinationales. Cette conférence mondiale doit permettre de jeter les bases de nouvelles coopérations, de rapport économique et financier alternatif au capitalisme. A cette fin, le PCF propose la création d'une agence mondiale de l'environnement qui rendrait cohérent le développement durable de la planète en matière sociale et environnementale.


Nous proposons d'agir dès maintenant au niveau mondial afin que soit décidée une taxation des transactions financières et la réduction des dépenses militaires de 10% par an.

 

Cette conférence mondiale aborde avec courage l'agriculture et la souveraineté alimentaire quand les derniers G8 et G20 se sont conclus devant le terrible aveu d'échec de plus d'un milliard d'affamés de par le monde.

 

L'un des défi majeur du XXIème siècle est celui de nourrir la planète. Il s'agit d'ici 2050 de rendre la nourriture disponible et accessible en quantité et en qualité suffisante à neuf milliards d'humains. La ressource alimentaire, le vivant ne peuvent être kidnappés par le marché au détriment des estomacs, la rémunération des travailleurs de la mer et de la terre n'est à remettre à plus tard.

 

Prenant appui sur une précédente rencontre des progressistes d'Amérique latine et d'Europe que nous avions organisée, nous pourrions – associations, mouvements et partis politiques rassemblés à Cochabamba convenir d'engagements communs. A la question d'un référendum mondial sur les droits de la « Terre Mère », y inclure l'exigence d'une nouvelle gouvernance mondiale pour l'alimentation, indépendante des logiques actuelles de l'organisation mondiale du commerce ( l'OMC), du Fond monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale (BM), y adjoindre la sortie de l'agriculture de l'OMC avec comme préalable, la souveraineté des peuples et l'expression démocratique de chacun.

 

Le PCF porte une politique de réforme agraire de dimension planétaire. Ce nouvel ordre alimentaire mondial basé sur l'agriculture paysanne et la pêche artisanale répond à l'exigence de souveraineté alimentaire des peuples.

 

Nous proposons d'engager des batailles internationales, notamment l'instauration d'une clause de sauvegarde à l'échelle mondiale lorsque les terres d'un pays sont menacées de spéculation et de détournement de la production, d'interdire la spéculation financière sur les matières premières agricoles et alimentaires, de taxer les importations abusives pillant les agricultures locales afin de financer la relocalisation des productions

 

 

Cher-e-s ami-e-s,

cher-e-s camarades,

 

Fort de tous ces échanges et confrontations, de sa déclaration finale, cette conférence doit contribuer à l'émergence d'un mouvement populaire mondial au service d'un mode de développement humain durable. Les peuples ont entre leurs mains le levain de l'espoir et du possible.

 

Je vous remercie



Paris 21 avril 2010

 

Publié dans Propositions

Commenter cet article